jeudi 11 août 2016

Chronique : Les carnets de Pauline Thot

Les carnets de Pauline Thot de Rebecca Brocardo

 Auto-édité, 192 p., 2016

Contemporaine

Merci à Rebecca Brocardo de m'avoir permis de lire son livre !

1999. Pauline étouffe dans sa petite ville de province. Introvertie et malmenée en classe, elle ne revit que pendant les vacances en Corse, où elle se découvre à la fois désirable et vulnérable. Pour assouvir sa soif de liberté, elle se révoltera tour à tour contre l’autorité, les hommes et la société.

Dans ses carnets, Pauline raconte à la première personne sa lutte solitaire contre la honte et la culpabilité qu'elle ressent dans sa construction en tant que femme dans un pays où leur condition et leur sexualité posent toujours problème. Avec son « Je », elle joue à se moquer de tout pour ne pas souffrir.

Véritable journal de société, ce récit riche et sensible témoigne de la difficile transformation d’une adolescente en adulte, dans une fin de siècle ponctuée par de profondes mutations technologiques et sociétales. C’est en partageant son vécu qu’on s'attache à l'héroïne, à son histoire, et à son parcours.

Dans ce livre, on suit l'évolution de Pauline, de son enfance à l'âge adulte. Cela nous permet d'avoir une vision globale de sa construction en tant qu'être humain, et plus particulièrement en tant que femme, puisque c'est le thème principal de ce livre.
On alterne donc entre des passages des carnets rédigés par Pauline, où elle va s'interroger, déballer ses émotions, ses réflexions, ses angoisses et une narration externe, qui va donner une autre dimension au texte, en s'attardant sur certains moments, en en donnant une autre vision ou même en décrivant des anecdotes que Pauline ne mentionne pas elle-même. Cette double lecture de la vie de la jeune femme est super intéressante. Malheureusement, les passages entre les deux ne sont pas forcément toujours physiquement différenciés, ce qui peut parfois laisser un peu perplexe.

Elle est un peu plus âgée que moi d'après les dates qui sont données, mais j'ai revécu à travers elle certains évènements de ma toute jeune adolescence comme l'arrivée des téléphones portables, la démocratisation d'Internet, les forums et autres chats. Je dois avouer que c'était assez nostalgique pour moi (sérieusement, les plus jeunes n'auront jamais galéré sur leur connexion en 56k, ni entendu le doux son du modem qu'on se jetait sur le son pour pas réveiller les parents quand on allumait le PC plus tard qu'autorisé).
De Pauline, de sa construction, on va principalement voir ses histoires d'amour et de désamour puisque c'est malgré tout beaucoup dans son rapport aux hommes qu'elle va se construire. Très vite séductrice (elle a ainsi le contrôle), elle va vouloir vivre intensément quitte à se tromper de chemin. J'ai vraiment eu l'impression que manquant d'une passion dans sa vie (je veux parler d'un hobby qui l'intéresserait vraiment) elle cherchait à rendre sa vie plus palpitante, notamment par ses choix amoureux. 
Malheureusement, je n'ai pas réussi à m'attacher à Pauline. Elle m'a agacée de façon assez récurrente et je n'ai pas compris certains de ses choix : elle m'a parfois paru hyper soumise là où elle revendiquait sa liberté, j'avais l'impression qu'elle choisissait le "moins pire". Et même si ses choix sont compréhensibles, ils étaient parfois à l'opposé de son discours. C'est peut-être aussi ce qui fait d'elle un personnage très humain, cela dit. Elle a des idéaux, mais ne va pas forcément au bout des choses. On n'échappe pas à quelques clichés, mais ils sont tout à fait cohérents avec sa façon de penser du moment (ex : les autres filles jalouses d'elle, là où elle a simplement un comportement un peu puéril).
Ses réflexions sur la place de la femme, qui l'intrigue dès son plus jeune âge, sont super intéressantes, et elle va peiner à trouver sa propre réponse (et donc sa propre place) tout au long du récit. Mais on va aussi pouvoir parler de pas mal de sujet de société (politique, progrès technologiques et leur influence sur les utilisateurs, etc.) qui sont abordés parfois un peu rapidement, mais toujours de manière à questionner. J'ai apprécié toutes ses réflexions, même si j'ai eu l'impression qu'elles étaient parfois très intellectuelles pour quelqu'un de son âge (ne vous méprenez pas, je ne dis pas que les ados sont idiots, seulement que rares sont ceux qui vont vraiment utiliser les principes de Kant dans leur vie quotidienne) (lire Kant avait été une plaie pour moi à 17 ans, donc je ne suis pas objective !). En parallèle, l'excès qui est une des caractéristiques de cette période de la vie chez beaucoup de gens est superbement bien rendu, tout comme les moments de doute.
Comme souvent dans mes lectures, je me serais largement passée de l'épilogue (d'ailleurs, j'ai eu plutôt l'impression d'un rétro-pédalage de sa part dedans) : ça ne me dérange pas de ne pas savoir ce qu'il arrive aux personnages X années plus tard, et la fin post-épilogue me convenait très bien.
En bref, malgré quelques petits soucis somme toute assez subjectifs, j'ai passé un très bon moment de lecture. Le double système de narration est maîtrisé, le style est agréable et certains passages sont vraiment très jolis à lire. Mon véritable problème a vraiment été ce manque d'attachement au personnage principal et narrateur.

Ma note en carnets : 3.5/5

  • Les réflexions amenées
  • Les questionnements au sujet de la place de la femme
  • Le style de l'auteure
  • Double système de narration très intéressant
  • Personnage principal peu attachant à mon goût
  • Décalage âge / façon de s'exprimer
  • Épilogue


15 commentaires:

  1. Ce livre a l'air pas mal, mais ce que tu dis sur la personnage principal me rebute quelque peu, surtout que j'ai tendance à être vite agacée... Idem pour les contresens avec l'âge. Je ne le lirai que si je peux l'emprunter, je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, c'est vraiment subjectif, pour le coup, quelqu'un d'autre aurait peut-être un avis très différent.

      Supprimer
  2. Ce livre a l'air vraiment intéressant, mais je ne pense pas le lire pour l'instant, le thème de la place de la femme ne m'intéresse pas trop (pour le moment !). ^^'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que dans ce cas, ça ne t'intéressera pas forcément.

      Supprimer
  3. Dommage pour Pauline. Je ne connais pas mais je ne suis pas sure que ce soit pour moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a parfois des livres vers lesquels on ne se sent pas attiré.

      Supprimer
  4. Lecture un peu mitigée donc, c'est dommage pour le personnage de Pauline, le sujet a pourtant l'air intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit, c'est vraiment un point qui est très subjectif, tu n'aurais pas forcément le même avis. Mais je tenais à le souligner quand même, parce que ça m'a empêchée de m'immerger par moments :)

      Supprimer
  5. merci NovaBaby pour cette chronique ! Dommage que les commentaires ne retiennent que le dommage ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. d'ailleurs, ebook gratuit ce weekend! http://amzn.to/28Q2JYl

      Supprimer
    2. Ah, j'ai vu ton commentaire un peu tard, je l'aurais précisé autrement :/

      Supprimer
  6. Il ne fait pas partie de mes priorités mais je dois dire que tu m'as fortement intriguée :p Je ne sais pas quand je le lirais mais j'ai bien envie de lire ce roman ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu te laisses tenter, je serai curieuse d'avoir ton avis !

      Supprimer
  7. Ce livre a l'air vraiment pas mal malgré ses petits défauts ! :) j'en avais déjà entendu parler sur Twitter ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteure est assez présente, oui :) Tiens-moi au courant si tu le lis !

      Supprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)