mercredi 20 décembre 2017

Saving Paradise, tome 1 - En proie au rêve



Lu en partenariat avec NetGalley / Castelmore

Saving Paradise, tome 1 - En proie au rêve de Lise Syven

Castelmore, 2016, 380 p.

Jeunesse, Thriller, Fantastique


Faustine Mésanger a tout prévu : l’amour, ce n’est pas pour tout de suite, priorité aux études. La jeune femme a de qui tenir : son père est un brillant chercheur de la Fondation du Griffon, une organisation non gouvernementale qui travaille sur une découverte médicale majeure.

Mais le destin tout tracé de l’étudiante bascule le jour où le laboratoire de la Fondation explose. Faustine est alors menacée de mort, au même titre que son père et ses collègues, et se retrouve placée sous protection rapprochée. Soudain, les examens de fin d’année semblent bien dérisoires… 

Tandis que les attaques s’enchaînent, Faustine commence à perdre la raison : elle entend des voix et ses cauchemars la hantent. Même Nato Braye, son garde du corps, se met à douter de sa santé mentale. 

Qui cherche à éliminer les membres de la Fondation du Griffon ?

Je suis un peu embêtée avec cette chronique, parce que c'est un livre que j'ai bien aimé, mais que j'ai lu il y a quelques semaines et vu que ces semaines ont été un peu chargées, je n'ai pas pris le temps d'en faire un brouillon de chronique. C'est donc parti pour une chronique dans laquelle je ne sais pas encore ce que je vais dire. Mais continue de lire, ça va partir dans tous les sens et être rigolo.
On rentre immédiatement dans le quotidien de Faustine, l'héroïne du bouquin. Enfin, quotidien, ce n'est pas le mot, puisque celui-ci est chamboulé quasi immédiatement par l'arrivée de deux compères qui lui annoncent de but en blanc que "mademoiselle si vous voulez bien nous suivre, nous devons assurer votre protection rapport que votre papounet a été victime d'un accident au travail". Comme les gars ressemblent diablement à Mr Smith, ben Faustine, elle a pas trop le choix.

Bien vite, on se dit que ça pue cette histoire d'explosion à quelques semaines de la mise en circulation d'un vaccin contre le cancer (rien que ça). Toute l'histoire va donc reposer sur ce ressort : qui veut empêcher ce vaccin de voir le jour, et pourquoi ?
L'intrigue semble assez simple, mais elle va vite se montrer aussi entraînante qu'haletante. Et surtout, elle ne va pas forcément aller là où on l'aurait imaginé.
Pour être honnête jusqu'au bout du clavier, je n'ai pas ressenti l'effet "tension perpétuelle" qu'un bon thriller me fait souvent. Mais, ça reste une lecture jeunesse et surtout on a quand même de quoi se poser quelques questions. Il faut dire que je suis rarement amatrice du côté fantastique quand on me vend du thriller (ça, c'est parce que je suis une casse-pied qui trouve que c'est un peu trop facile quand même d'inventer des choses surnaturelles quand on n'arrive pas à créer un machin cohérent avec des éléments logiques, mais je digresse). Ben là, j'ai marché. L'autrice arrive à insinuer le machin petit à petit, si bien qu'au final, ça semble tout à fait logique. Elle ne fait pas dans le deus ex machina pour nous vendre son machin, non non non. Après, là encore, c'est du jeunesse et je suis extrêmement perspicace, donc j'ai vite compris où les indices disséminés allaient nous emmener, mais mine de rien, j'étais happée. En mode que les pages, elles se tournaient pas mal toutes seules (peut-être parce que j'étais sur liseuse, aussi, mais c'est un détail).
Et puis, je vais vous avouer un truc : même l'amorce de romance ne m'a pas dérangée.
Ben ouais. Déjà, parce qu'elle ne prend pas toute la place, bien loin de là. L'intrigue ne s'appuie pas dessus, elle n'est pas vraiment un enjeu. Elle fait partie de la vie des personnages concernés épicétou. On n'a pas affaire à un truc méga niais-chamallow-pailleté avec des déclarations d'amour enflammées au bout de 12 minutes 42. Elle arrive, comme ça arrive dans la vie. Voilà. Bravo madame l'autrice, parce que franchement, je ne suis pas amatrice du genre !
On en arrive tout de même au seul petit point qui m'a chagrinée : l'héroïne. Non, parce qu'elle est cool Faustine, et je l'ai bien aimée dans l'ensemble. Mais elle a un sens des priorités assez, euh... particulier. Remettons les choses dans le contexte : ton père a failli clamser, vous avez visiblement des assassins bien organisés aux trousses, vous n'êtes absolument pas en sécurité parce que genre, des gens sont morts et toi, tu penses à quoi ? "Oh, zut, je vais rater mes partiels !". Nope.
M'enfin, vous vous doutez que si c'est le seul point négatif que je retiens de tout ça, ben c'est que c’est quand même un début de série plutôt cool !

Ma lecture en un GIF : 



- Une plume agréable
- Un mélange thriller scientifico-fantastique qui marche bien !
- Une romance mignonnette sans être envahissante
- Une intrigue plutôt bien menée
- Certaines réactions de Faustine
- Parfois un brin trop jeunesse pour moi

5 commentaires:

  1. Hé bah ça fait très envie tout ça ! Si en plus la romance est agréable, que demande le peuple ?! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voui. Bon, on se doute bien du rapprochement qui va arriver, mais ça ne prend pas toute la place et ça ne crée pas de situations disproportionnées. Et l'intrigue est cool !

      Supprimer
  2. Hello !
    Sympa ton article, ce n'est pas nécessairement mon genre de lecture donc pas sûre que je me laisse tentée, mais tu donnes envie en tout cas.
    J'aime beaucoup l'utilisation que tu fais des GIFs dans tes chroniques ! C'est un concept que l'on peut reprendre (en te citant, of course) ? :D
    La bise,
    Laura de LV

    RépondreSupprimer
  3. Juste pour voir ce qu'est cette romance qui n'est pas un "un truc méga niais-chamallow-pailleté" je suis partante ^^ Non plus sérieusement il a l'air de faire le job.

    RépondreSupprimer
  4. C'est rare qu'une romance te plaise alors c'est chouette !
    J'ai bien envie tenter, du coup :)

    RépondreSupprimer

Laissez une petite trace de votre passage :)